Enjeux économiques

L’utilisation de la propriété intellectuelle s'intensifie. L’immatériel et la capacité à pérenniser sa valorisation sont identifiés par un nombre croissant de dirigeants et d'investisseurs comme la clé principale du devenir économique des centres de profit. Cette tendance reflète le développement de l’économie du savoir, qui place l’instruction et l’éducation au centre de l’économie, du développement et du progrès social.

Les idées, le savoir-faire, la renommée ont une grande valeur. Au capital matériel des entrepreneurs, des investisseurs et même des Etats et régions, s'ajoute, pour une part désormais prépondérante, un capital immatériel, intellectuel qui s'impose comme facteur essentiel de dynamisme économique. La capacité à innover, à créer des nouveaux produits, services ou concepts et plus généralement à produire des idées est devenue un avantage concurrentiel de première importance, moteur de la croissance des marchés et du développement des marques. Tandis que la production de masse s'est déplacée dans les pays à bas coûts de main-d’œuvre, les pays développés se sont spécialisés dans la conception des nouveaux produits, le développement des technologies de pointe, l'élaboration et la mise en oeuvre des savoirs-faire spécifiques, la construction de l’offre commerciale ou encore l'innovation dans les arts appliqués à l'industrie et aux services (design, création graphique, etc.).

Dans ce contexte, la propriété intellectuelle, qui est un droit de propriété mondialement reconnu, s'offre comme le principal moyen de créer un environnement sécurisé pour l’investissement dans l’innovation et la diffusion de produits et services créatifs.

Un patrimoine, un actif précieux.
La valeur d’une entreprise ou d’un centre de recherche privé ou universitaire est de plus en plus liée à la valeur de son portefeuille de Propriété Intellectuelle, qui traduit et protège sa capacité à innover.

La valeur des marques est probablement la plus aisée à percevoir. Une marque bien choisie et soigneusement protégée est un précieux actif commercial pour la plupart des sociétés. Les marques Apple, Google, IBM, Coca-Cola sont estimées à plus de 50 milliards de dollars chacune. La raison en est que les consommateurs sont, consciemment ou inconsciemment, attentifs aux marques, à leur réputation, à leur image et à un ensemble de qualités qu'ils recherchent et qu’ils associent à la marque. Les consommateurs sont même très souvent sentimentalement attachés à certaines marques, parce qu'elles véhiculent des valeurs (dans le cas typiquement de certains créateurs de vêtements de sports ou encore du fabriquant de matériel informatique Apple) auxquelles ils s'identifient. Les consommateurs sont donc prêts à payer plus cher un produit ou un service signé d'une marque qu’ils reconnaissent et qui répond à leurs attentes. Le fait de posséder une marque dotée d’une bonne image et d’une sérieuse réputation assure donc à une société un avantage concurrentiel majeur.

Plus généralement, la plupart des produits et services fournis par l'entreprise possèdent au moins une composante incorporelle relative à une technologie ou encore à un design. Il ne faut donc pas s'étonner que le bilan de l'entreprise possède lui aussi une partie de cette nature impalpable. Mais pour impalpable qu’elle soit, il serait dangereux de ne pas la prendre en compte car elle est source d’activité et de revenus bien réels. Bien qu'invisibles, ces actifs immatériels possèdent une très grande valeur, parfois facilement quantifiable, parfois moins, au bilan de toute activité industrielle, commerciale ou artistique. Dans bien des cas même, la valorisation financière de ces actifs excède largement celle des actifs matériels. La valeur marchande d’un Sun, Apple, Google ou Microsoft est bien supérieure (de 3 à 20 fois) à sa valeur comptable "tangible".

Les propriétés immatérielles constituent souvent même, d'un certain point de vue, le patrimoine génétique de l'entité créatrice (ce que traduit notre logotype qui représente un tronçon de brin d'ADN stylisé ou encore le logotype de l'Office Européen des Brevets qui suggère une empreinte digitale).

Les droits de propriété intellectuelle, que nous vous aidons à mettre au service de votre activité, protègent ce patrimoine, et les intérêts de l'entité créatrice en attribuant à cette dernière un véritable droit de propriété sur ses créations, de la même manière que les biens matériels font eux-mêmes objet de propriété matérielle ou corporelle.

Un outil de protection des investissements. En amont, les brevets d’invention et les modèles permettent d’identifier, de comptabiliser et de protéger les innovations et, ainsi, en favorisent le financement. Les investisseurs cherchent à financer les entreprises qui survivront et qui deviendront des entreprises dominantes. Leur information étant imparfaite, ils cherchent des preuves d’adaptation des entreprises au changement. Or, les changements dans l'économie moderne sont souvent le résultat d'innovations ou d'améliorations technologiques ou esthétiques. Les entreprises qui innovent ou qui contribuent à l'amélioration de la technologie sont donc perçues par les investisseurs comme les plus aptes à s'adapter et à survivre. C'est pourquoi les entreprises les plus innovantes attirent généralement plus de capitaux, et donc plus de fonds à investir en R&D. Elles accroissent ainsi leur probabilité d'innover, ce qui attire à nouveau des fonds, et ainsi de suite. L'innovation attire l'investissement, ce qui incite à l'innovation.

Certes, même sans avoir de protection, une entreprise innovante peut attirer les capitaux, parce qu'elle a du potentiel ou une position importante sur le marché. Mais sans exclusivité, l'entreprise court le risque d'être copiée et de ne pas dominer le marché. L'entreprise qui protège son capital intellectuel, par des brevets d’invention ou des modèles déposés par exemple, aura plus de facilités à attirer les capitaux et à conserver une exclusivité et/ou un leadership.